PLAISIR: tribune du mois de juin


Tribune parue dans l’Essentiel, bulletin municipal de la Ville de Plaisir au mois de juin 2017.

C’est une crise sans précèdent, tant au niveau économique que social et moral qui a conduit à l’élimination de ceux qui étaient annoncés : Hollande obligé à renoncer, Juppé désavoué par les siens, tout comme Valls, Fillon englué dans ses affaires d’argent… Après une campagne dont la longueur n’a eu d’égal que l’absence de fond, l’élection présidentielle a consacré un président qui n’a pu réunir sur son nom que moins d’un électeur sur 5 (1er tour: 18 % des inscrits), soit 10 points de moins que le sortant en 2012 ! L’extrême-droite s’est avérée être une excellente béquille du système qu’elle prétend combattre en assurant cette victoire par défaut au 2d tour.

Continuer la lecture de PLAISIR: tribune du mois de juin

PLAISIR: tribune du mois de mai


Tribune parue dans l’Essentiel, bulletin municipal de la Ville de Plaisir au mois de mai 2017

Nous voici de retour, après avoir été banni le mois dernier, pour des raisons fallacieuses qui masquent mal une volonté de censure. Le conseil municipal d’avril, fut une autre illustration de ces manquements à la démocratie que subit l’opposition et qui rejaillissent sur la vie plaisorise.

Continuer la lecture de PLAISIR: tribune du mois de mai

PLAISIR: tribune du mois d’avril


Tribune qui aurait dû paraître mais n’est pas parue dans l’Essentiel, bulletin municipal de la Ville de Plaisir (vous pouvez lire toutes les explications de cette censure masquée sur le tract que nous avons diffusé à ce sujet)

Continuer la lecture de PLAISIR: tribune du mois d’avril

PLAISIR: tribune de janvier 2017


Parue dans l’Essentiel, bulletin municipal de la ville de Plaisir.

Dans sa caricaturale péroraison du mois dernier, M. Meyer, au nom de la majorité de droite, s’est livré à un violent dénigrement de l’opposition municipale : nous serions tous des incapables, des ignorants et des paresseux… Il n’est meilleure défense, dit-on, que l’attaque, cela explique cette agression mensongère. Quand il prétend sans honte que nous disposons au sein des commissions de toutes les informations, soit il ignore la réalité, soit il ment : ni la fréquence (certaines bien rares !) ni la durée des réunions ne permet autre chose que l’expédition des affaires courantes où les élus de sa majorité, en exemplaires godillots, approuvent mécaniquement tout ce qui s’est décidé à huis-clos, loin du débat public. Continuer la lecture de PLAISIR: tribune de janvier 2017